Get Adobe Flash player

 

Mur de l'Atlantique

Norvège – LE GUIDE (6) 

*      intéressant
**    très intéressant
***  exceptionnel

Les sites indiqués en grissur les cartes sont d'intérêt secondaire ou peuvent être en voie de disparition.

Important : tout terrain, tout bunker, tout souterrain, etc. appartenant forcément à quelqu’un, la mention « accès libre » dans le texte ne dispense pas, selon le cas, de solliciter une autorisation d’accès, à fortiori si une habitation privée, une ferme, une entreprise, etc. existe à proximité immédiate.

6
Le Nord (1)

Bodø et ses approches

 

L'importante cité portuaire de Bodø annonce le Nord mais pas encore le Grand Nord. Escale, abri et base utile pendant la guerre pour le trafic côtier allemand, son périmètre, surtout au sud et au nord, a été soigneusement fortifié. Sur un front côtier de 110 kilomètres en ligne droite 13 batteries ont été installées entre 1940 et 1945. Mais en février 1945 seules 10 d'entre elles étaient opérationnelles. De nos jours, 5 batteries seulement restent à peu près entières, 4 partiellement et 4 n'existent plus. Quelques autres installations valent cependant également une visite. Durant la guerre Bodø était élevé au rang de Festung et possédait un nombre considérable de bunkers, points d'appui, batteries de Flak et autres organisations défensives #1Attention : Bodø ne se prononce pas "Bodeu" mais "Bouda" !.

 

carte-1-Bodo

Carte d'ensemble du secteur de Bodø et de ses défenses côtières

  1. HKB 10/974 Vassdalsvik, 4 x 10,5 cm K331(f)
  2. HKB 9/974 Naeverdal, 5 x 15,5 cm K416(f)
  3. HKB 7/974 Stött, 4 x 10,5 cm K335(h)
  4. MKB 6/510 Arnöy, 4 x 15 cm SKL/45
  5. HKB 4/974 Straumöy-Süd, 3 x 21 cm Mrs.18
  6. HKB 5/974 Straumöy-Nord, 4 x 10,5 cm K331(f)
  7. HKB 6/974 Hernes, 6 x 15,5 cm K416(f)
  8. MKB 4/510 Hammerviken, 3 x 10,5 cm SKL/45
  9. MKB 5/510 Brömsneset, 4 x 15 cm Uto C/16 L/45
  10. HKB 3/974 Reitan, 6 x 21 cm Mrs.(t)
  11. HKB 2/974 Eidet, 4 x 10,5 cm K331(f)
  12. HKB 7/971 Taarnvik, 4 x 10,5 cm K3
  13. HKB 8/974 Sörfold, 6 x 7,5 cm K236(b) puis 4 x 8,8 cm Flak 37.                     

 

Les approches sud

 

carte-2-Bodo

 

Tout au sud du secteur, près de la bourgade d'Ørnes, deux batteries ont été implantées entre 1941 et 1943 en protection des installations industrielles de Glomfjord. Fin 1944 elles n'étaient plus opérationnelles. De la HKB 10/974 Vassdalsvik, 4 x 10,5 cm K331(f), il ne reste pratiquement rien. De la HKB 9/974 Naeverdal, 5 x 15,5 cm K416(f), située sur la pointe de la petite langue de terre de Neverdal, à 5 km au SE d'Ørnes, il reste surtout un PDT feldmässig #2En bon français, fortification de campagne plus ou moins renforcée. à toiture blindée (deux plaques 7P7 dont il en reste une) et son souterrain avec issue inférieure, ainsi que quelques plates-formes entre les maisons, des abris, soutes et autres petites constructions défensives périphériques #3Ne pas hésiter à se renseigner (en anglais) auprès des habitants des alentours..

Bien plus intéressante, à 12 km au NO d'Ørnes, sur l'un des îlots de Støtt #4Liaisons régulières par bateau depuis Ørnes, puis accès pédestre depuis le port par une petite route à l'extrémité de laquelle part l'ancienne route allemande (se renseigner localement si néces-
saire).
, s'étend la HKB 7/974 Stött* qui possédait 4 x 10,5 cm K335(h). Ses vestiges subsistent au nord de l'îlot nord ou Svenningen. On y trouvera, bien conservés, les quatre plates-formes des canons de 105, une plate-forme pour 5 cm KwK, cinq souterrains dont un pour un PDT qui n'a pas été construit, des tobrouks et quelques abris. Vaut la visite !

 

1 Naeverdal

Batterie Naeverdal – L'élément principal qui subsiste de cette batterie est le casernement souterrain relié au poste de commandement et doté en outre d'une issue arrière.

 2 Stott1

Batterie Stött – L'une des vastes (et rustiques) plates-formes pour canon de 105 de cette batterie. Au 1er plan, un tobrouk assure à la fois la défense rapprochée des alentours et de l'entrée d'une installation souterraine.

 3 Stott2

Batterie Stött – Parmi les multiples installations souterraines du site, celle qui devait desservir le poste de commandement – non terminé – n'est pas la moindre.

 

Autre site particulièrement intéressant, celui de la batterie MKB 6/510 Arnöy ** qui avait 4 x 15 cm SKL/45 s'étend sur la pointe nord de l'îlot de Nordarnøy, à 20 km au SO de Bodø #5Liaisons régulières par ferry depuis Sund, à 50 km au nord d’Ørnes... Bien que nombre de bunkers aient été remblayés par l'armée, il reste sur ce site un magnifique PDT M 157, l'un des rares de Norvège, et, trois des quatre canons de 15 cm sur leurs plates-formes d'artillerie. Vaut également la visite !

 

6 Arnoy3    4 Arnoy1    5 Arnoy2

Batterie Arnöy – Bien qu'une partie des constructions de cette batterie aient été remblayée par l'armée norvégienne, son PDT M 157 a été préservé et même réutilisé un temps. C'est d'ailleurs l'un des très rares de ce type en Norvège.

 

7 Arnoy4

 Batterie Arnöy – En outre, trois des quatre canons de 15 cm SKL/45 d'origine demeurent en place sur leurs plates-formes. La 4e pièce est conservée à la forteresse-musée d'Oscarsborg, près d'Oslo.

 

Immédiatement au sud de Bodø et de son fjord, la grande île rectangulaire de Straumøy #6Accès routier. possède les deux sites les plus intéressants de tout le secteur, situés tous deux sur sa pointe NO au lieudit Seines. De la HKB 4/974 Straumöy-Süd *qui avait 3 x 21 cm Mrs.18 il reste surtout, entre deux plates-formes d'artillerie, un important souterrain bétonné comportant plusieurs chambres et quelques équipements. Diverses autres petites constructions demeurent aussi à proximité : PDT Vf, tobrouk mortier 5 cm, petits bunkers.

8 StraumoyS1

Batterie Straumöy-Süd – L'une des trois pièces de 21 cm Mrs.18 de la batterie en 1943 (BA).

 

9 StraumoyS2    10 StraumoyS3    11 StraumoyS4

Batterie Straumöy-Süd – L'élément majeur qui subsiste de cette batterie est son casernement souterrain à deux entrées, une issue de secours et plusieurs chambres. L'une des entrées est gratifiée de marquages d'époque.

 

La HKB 5/974 Straumöy-Nord ** fait l'objet depuis quelques années de travaux d'aménagement et de visites guidées ponctuelles en saison #7Accès libre en permanence. Plans v. dans "À la recherche du Mur de l'Atlantique en Norvège", tome 2, pages 150 à 155.. Elle possédait modestement 4 x 10,5 cm K331(f) mais ses installations sont bien plus développées et achevées que sur la moyenne des batteries en Norvège. Chaque plate-forme d'artillerie ainsi que son PDT y sont reliés à des locaux et galeries souterraines en assez bon état, tous avec issue secondaire. Le PDT est un R 636 SK bien préservé. On trouvera en outre deux plates-formes pour 5 cm KwK, une cuve carrée pour mortier de 5 cm, ainsi que quelques bunkers de logement Vf ou feldmässig. Enfin, une partie de site est entaillée par une profonde crevasse naturelle dans le rocher qui constituait à l'époque un cheminement protégé idéal. Deux souterrains y débouchent.

 

12 StraumoyN1

Batterie Straumöy-Nord – Le poste de commandement et de direction du tir est dérivé en réduction du type R 636. Il est relié à un assez important casernement souterrain.

 

13 StraumoyN2    14 StraumoyN3    15 StraumoyN4

Batterie Straumöy-Nord – De nombreux souterrains, casernements et soutes à munitions, se développent dans le sous-sol du site.

 

Bodø

 

carte-3a-Bodo

 

Sur la pointe de la péninsule sur laquelle est établie aujourd'hui l'agglomération de Bodø, deux batteries existaient à l'époque. L'une, la HKB 6/974 Hernes et ses 6 x 15,5 cm K416(f), a été englobée après guerre dans la base aérienne de Bodø. Elle est inaccessible et il n'en resterait que peu de choses. 1500 mètres plus au nord se situait la MKB 4/510 Hammerviken et ses 3 x 10,5 cm SKL/45. L'extension de la ville l'a fait, elle aussi, totalement disparaître du paysage. Il en reste cependant deux témoins : deux de ses canons de 105 sont préservés et visibles sur le site de la batterie de Bremnes (voir plus loin).

 

Bodø ville

La ville même de Bodø recèle encore quelques vestiges intéressants. Au cœur de la cité, au pied de la cathédrale (Domkirke), existe toujours un bunker R 633 et sa coupole 424P01 pour lance-grenade M19. Dans le quartier de Vestbyen, au SO de la ville, rue Prinsens Gate, subsiste dans un square un bunker R 105b pour MG. Dans le secteur de Herredshuset, au N de la Rv 80, on trouvera un gros bunker L 484 (abri pour transmissions radio) restauré et visitable * #8Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
tél. 93292162.
Infos : http://www.bodokrigsmuseum.no/
kontakt.html
.
. Des nombreux WN et autres Stp quelques constructions existent toujours, entre autres celles du point d'appui 14 Bodinhöhe dans le quartier de Bodøsjøen au SE de la ville #9Se renseigner localement si nécessaire. Voir aussi dans "À la recherche du Mur de l'Atlantique en Norvège", tome 2, pages 160 à 167..

Sur l'étroite langue rocheuse qui ferme le nord du port et se termine par le vieux fort de Nyholmen demeurent plusieurs souterrains parfois accessibles.

Mais le site le plus intéressant est à voir sur les deux buttes de Trollhaugen ou Trollåsen, en limite E de la ville.

Au sud-ouest existe un gros bunker de commandement * à 2 étages avec observatoire sous plaque blindée 7P7 et poste optique à l'avant.

Sur la crête de la butte nord-est a été installée une batterie de Flak lourde ** dont il reste au moins trois plates-formes. De la plus grande s'enfonce un souterrain bétonné vers une salle de 17 x 3 mètres puis vers une issue inférieure. D'autres souterrains existent aussi dans le même promontoire mais à l'heure actuelle ils sont probablement fermés ou murés #10Certains souterrains peuvent être visités. Contact : v. note 8..

 

16 Bodo1

Bodø En pleine ville aujourd'hui subsistent quelques bunkers situés à la périphérie à l'époque, tel ce R 105b (casemate MG avec cloche observatoire) dans les quartiers sud-ouest.

 

17 Bodo2

Bodø – Sur une hauteur dominant la région a été édifié un important bunker de commandement pourvu à l'avant d'un poste d'observation sous plaque blindée 7P7.

 

18 Bodo3    19 Bodo4    20 Bodo5  

Bodø Sur la même ligne de crête demeurent les plates-formes d'une batterie de Flak lourde. De l'une d'elles s'enfonce un souterrain vers un vaste casernement protégé et une issue inférieure.

 

Au nord et à l'est de Bodø

 

À 5 km au NE du centre de Bodø, sur la petite péninsule de Brømnes ou Bremnes, subsistent les vestiges de la MKB 5/510 Brömsneset * qui avait 4 x 15 cm Uto L/45. Un ancien bâtiment militaire abrite un petit musée géré par une association historique locale. On peut y voir l'un des canons de 10,5 cm SKL/45 de la batterie Hammerviken ainsi qu'à l'extérieur une 2e pièce identique mais dépouillée. Sur le terrain on retrouve les 4 plates-formes de 15 cm ainsi qu'un PDT type "Vf marine" et une petite casemate R 667 pour canon de 5 cm KwK. Le clou du site est cependant sous terre : un long souterrain de stockage de munitions avec voie ferrée étroite traverse en effet de part en part la butte #11Peut être visité, contact v. note 8..

À voir aussi par la même occasion, à 300 m à l'E de la batterie, un bunker R 515 avec ses plaques blindées d'embrasure.

 

21 Bromsneset1

Batterie Brömsneset – Un ancien bâtiment militaire du site abrite aujourd'hui un petit musée dont la pièce maîtresse est un canon allemand de 10,5 cm SKL/45 C/12 originaire de la batterie Hammerviken.

 22 Bromsneset2

Batterie Brömsneset – Le principal vestige de la batterie est un important souterrain de stockage de munitions qui traverse le site de part en part jusqu'à proximité des plates-formes d'artillerie.

 

23 Bremnes

Batterie BrömsnesetÀ peu de distance à l'est de la batterie se dresse toujours un bunker R 515 pour MG avec ses plaques blindées d'embrasure 7P7 et 492aP2, une rareté en Norvège.

 

À 20 km à l'E du centre de Bodø, donc bien loin vers l'intérieur du pays, a été établie en 1943 une batterie à 3 puis 6 x 21 cm Mrs.(t), la HKB 3/974 Reitan. Il y reste les 6 plates-formes de 21 cm (en deux groupes de 3 séparés), deux souterrains à deux issues, des soutes à munitions, un tobrouk Rs 206 pour mortier de 5 cm, et quelques autres constructions.

 

carte-3b-Bodo

 

Tout au nord de ce secteur trois autres sites sont encore à mentionner, dont deux accessibles par la route côtière 834 et une courte traversée en ferry. Le site de la HKB 2/974 Eidet * (à 54 km de Bodø) qui possédait 4 x 10,5 cm K331(f) révèle deux des quatre emplacements de canon – le 1er et le 4e, une casemate R 671, ayant disparu du fait de la rectification de la route côtière – , des niches à munitions et surtout un souterrain étagé et relié au PDT sur la hauteur, ainsi que trois emplacements de Flak légère.

 

24 Eidet1    25 Eidet2 

Batterie Eidet – Principaux vestiges de cette batterie, un petit casernement souterrain au niveau des plates-formes des canons est relié par galerie et escaliers au PDT édifié sur la hauteur.

 

Au bout de la route 834, à 62 km de Bodø, le site de la HKB 7/971 Taarnvik est l'exemple frappant de l'emplacement d'une batterie de 4 x 10,5 cm K331(f) repliée du Finnmark lors de l'offensive soviétique d'octobre 1944 et arrivée ici en avril 1945, un mois avant la fin de la guerre ! On y trouvera donc rien d'autre qu'une magnifique route empierrée de 600 mètres qui... ne mène nulle part.

La dernière batterie du secteur, la HKB 8/974 Sörfold * et ses 6 x 7,5 cm K236(b) puis 4 x 8,8 cm Flak 37, était installée au NE de la région, sur le fjord de Sørfolda, au SE de la bourgade de Røsvik (30 km au N de Fauske). Il en reste quatre plates-formes à canon, deux souterrains avec issue supérieure sur la hauteur près du PDT Vf, et plusieurs petits abris.

 

26 Sorfold1    27 Sorfold2 

Batterie Sörfold – Ici également deux grands abris souterrains ont été réalisés à proximité des plates-formes des canons, l'un d'eux communicant également avec le PDT de la batterie installé sur la hauteur.

 

Steigen et Hamarøy

 

Le secteur de Steigen

 

Au nord du secteur de Bodø s'étend celui de Steigen. C'est une grande péninsule très découpée et quelques îles, un territoire un peu isolé mais relié à l'intérieur par un tunnel routier (gratuit) de 7 km. Ce secteur a été le siège de l'un des sites majeurs de Norvège, la puissante batterie Dietl (voir plus loin). Une visite de ce secteur est donc incontournable.

carte-4-Steigen-Hamaroy

Carte d'ensemble des secteurs de Steigen et Hamarøy

  1. KB 1/974 Laukvik, 6 x 15,5 cm K416(f)
  2. HKB 1/971 Sommernes, 6 x 14,5 cm K405(f)
  3. MKB 8/516 Gjervik, 4 x 10,5 cm K331(f)
  4. MKB 7/516 Vaag, 4 x 10 cm SKL/40 (n)
  5. MKB Engelöy II, 3 x 21 cm K39/40
  6. MKB 4/516 Dietl, 3 x 40,6 cm SKC/34
  7. MKB 5/516 Stranden, 4 x 15 cm SKC/28
  8. HKB 64/973 Innhavet, 4 x 10,5 cm K331(f)
  9. HKB 63/973 Sörkil, 4 x 10,5 cm K331(f)
  10. HKB 62/973 Korsnes-N, 4 x 10,5 cm K331(f)
  11. HKB 61/973 Tysnes, 4 x 10,5 cm K331(f).

                               

Deux batteries ont été installées sur la côte sud, face au fjord de Folda, l'une en 1942, l'autre en... 1945. La première, la HKB 1/974 Laukvik ** qui avait 6 x 15,5 cm K416(f), est spécialement digne d'attention. Elle s'étend sur deux buttes, immédiatement au sud de l'extrémité de la petite route côtière. On y trouvera les 6 plates-formes de 155, trois d'entre elles reliées par puits chacune à un souterrain à munitions. Chaque puits était équipé d'un système de noria destiné à hisser les munitions jusqu'au niveau des canons. Le PDT est un R 636 SK en bon état, également relié à un souterrain-abri et casernement à deux issues arrières. Le site possède encore plusieurs petits abris aux normes Regelbau, deux bunkers de logement dont un à deux étages, et un tobrouk pour mortier de 5 cm #12 Le site étant couvert de végétation, les photographes seraient avisés d'être équipés d'une petite scie égoïne à bois..

 

28 Laukvik1    29 Laukvik2

Batterie Laukvik – Deux vues, en 1942 et de nos jours, du poste de commandement et de direction du tir de cette batterie. Ici aussi il s'agit d'un dérivé réduit du type R 636 mais relié à un souterrain à fonction de casernement abrité. La dalle qui coiffe le poste télémétrique a été ajoutée dans un 2e temps.

 30 Laukvik3

Batterie Laukvik – Vue partielle du casernement souterrain relié au PDT.

 31 Laukvik4

Batterie Laukvik – Les magasins à munitions souterrains étaient reliés à certaines plates-formes d'artillerie par des systèmes de norias qui ont longtemps survécu.

 

À 11 km au NE, à Breidvika, a été installée en 1945 une batterie de 6 x 14,5 cm K405(f) repliée du Finnmark, la HKB 1/971 Sommernes. Il n'en reste rien de concret sur les lieux.

Le "must" se trouve 30 km plus au nord, sur l'île d'Engeløy, reliée par un pont. Avec pour mission le contrôle de l'entrée du Vestfjord #13Principale voie d'accès maritime à Narvik., entre îles Lofoten et continent, pas moins de 5 batteries y ont été installées entre 1940 et 1945. Au NE de l'île, le site de la MKB 8/516 Gjervik qui avait 4 x 10,5 cm K331(f) est perdu dans la nature et assez difficile à localiser #14Situé entre les quelques maisons de Gjervika au N et Storsæter au S, sur les hauteurs de Bjørndalen. Se renseigner à Storsæter d'où l'accès est plus facile, ou à la batterie Dietl.. Arrivée à la fin de 1944, on n'en retrouve que les plates-formes d'artillerie et leurs soutes à munitions.

Sur la côte sud, une autre batterie repliée du Finnmark, la MKB 7/516 Vaag * et ses 4 x 10 cm SK L/40 (n) Bofors a été installée tout aussi tardivement au début de 1945. Néanmoins, on retrouve ici les vestiges de ses quatre canons sur leurs plates-formes avec leurs soutes à munitions. Elle est située au point le plus élevé de la plus grande des langues de terre au SO du lieudit Våg.`

 

32 Vaag1    33 Vaag2

Batterie Vaag – Deux de ses quatre canons de 10 cm SK L/40 (n) qui, totalement à l'abandon, tentent de résister tant bien que mal aux méfaits du temps qui passe...

carte-5-Steigen


Le principal de l'île d'Engeløy se trouve sur sa côte NO. Tout d'abord, au N des maisons de Bø, subsistent les vestiges du quai allemand où était débarqué tout le matériel, et quelques défenses à proximité. Dans les mêmes parages était aussi établie de 1942 à 1944 la MKB Engelöy II (3 x 21 cm K39/40) en protection de la batterie Dietl en construction. Il n'en reste que de rares traces.

L'essentiel s'étend sur la péninsule de Grådussan, à la pointe NO de l'île. Deux batteries majeures y existaient dont la fameuse MKB 4/516 Dietl ***  #15Du nom du général Dietl qui commandait les troupes allemandes à Narvik en 1940, mort en 1944. Auparavant la batterie s'appelait Engelöy puis Erich. et ses trois 40,6 cm SKC/34 portant jusqu'à 56 000 mètres. Malgré une évidente pauvreté en matériaux et moyens durant sa réalisation de 1942 à 1944, le site possède un nombre considérable de constructions de tous types, depuis les énormes emplacements S 384 des canons jusqu'au plus discret tobrouk MG ou lance-flammes.

On peut y découvrir, relativement bien conservés :

- les trois emplacements et bunkers S 384, le n° 2 préservé et aménagé en musée #16Ouvert aux visiteurs en saison estivale de juin à mi-août ou sur rendez-vous.,

- le PDT, un type S 100 légèrement réduit et modifié,

- un bunker R 608, normalement poste de commandement,

- un grand souterrain à munitions, malheureusement en grande partie inondé,

- des petits bunkers-abris et logement Vf,

- de nombreux emplacements de Flak, défense périphérique, tobrouks, baraquements, etc.

Sur la petite butte de l'Aksla, au SE de l'accès à la batterie, on trouve deux abris R 621 et R 622, un emplacement de Flak légère, deux tobrouks, MG et mortier 5 cm.

 34 Dietl1

Batterie Dietl – La façade des entrées du grand bunker S 384 desservant l'emplacement du canon de 406 n° 3, encore relativement bien conservé. Identique, le bunker n° 2 est aménagé en musée. Le bunker n° 1 est en moins bon état.

  35 Dietl2

Batterie Dietl – L'emplacement du canon n° 3. Au second plan, la butte sur laquelle a été construit le bunker de commandement S 100. Enfin, sur la gauche la route d'accès à la batterie Stranden.

  36 Dietl3

Batterie Dietl – L'entrée du bunker S 100 de commandement et de contrôle du tir.

  37 Dietl4

Batterie Dietl – A l'avant de ce PDT demeurent l'emplacement du télémètre et la coupole blindée d'observation.

  38 Dietl5

Batterie Dietl – Apparemment à l'abandon, les canons 2 et 3 peu après la guerre. Ils ont été ferraillés en 1956. Sur la crête au second plan on devine le radar FuMO 214 Würzburg Riese.

 

Un autre site non moins intéressant s'étend au SO de Dietl, séparé par un petit bras de mer, celui de la MKB 5/516 Stranden ** qui avait 4 x 15 cm SKC/28. Il en reste les quatre emplacements d'artillerie, plutôt sommaires et en outre dégradés lors de la récupération des canons en 1952, un PDT M 120 et son souterrain, trois autres souterrains inachevés, des abris Vf, des emplacements de Flak et de projecteurs, de baraquements, etc. #17Plans des deux batteries et légendes, voir dans "À la recherche du Mur de l'Atlantique en Norvège", tome 2, pages 188-189 et 196-197. 

 

39 Stranden1    40 Stranden2

Batterie Stranden – Montage en 1943 et premier tir d'essai de l'une des pièces de 15 cm SKC/28.
À
remarquer, la plate-forme très sommairement bétonnée.

 

41 Stranden3    42 Stranden4

Batterie Stranden – Le poste de commandement M 120, ses coupoles observatoires et ce qu'il reste du télémètre. Le bunker est relié à un vaste souterrain à rôle de casernement.

 

Le secteur de Hamarøy

 

En continuant vers le nord, quatre batteries jalonnaient l'axe côtier jusqu'à la pointe N de la région de Hamarøy. De la première du sud au nord, la HKB 64/973 Innhavet, 4 x 10,5 cm K331(f), il ne reste rien. Il en reste un peu plus, dispersés dans les bois et la végétation, de la HKB 63/973 Sörkil, 4 x 10,5 cm K331(f) : un PDT Vf de "type local", les 4 plates-formes des canons, nombre de petits blockhaus, postes de tir, soutes à munitions, abris, tous de construction très sommaire.

carte-6-Hamaroy

 

Les deux batteries suivantes sont nettement plus intéressantes. Tout au N de ce territoire, autour du village de Korsnes demeure le site de la HKB 62/973 Korsnes-Nord *  #18Pour la distinguer de la batterie de Korsnes proche de Bergen (v. 3e partie de ce Guide). qui avait 4 x 10,5 cm K331(f). Bien que peu à peu gagné par des habitations privées, ce site révèle encore un PDT Vf inhabituel, deux casemates R 671 avec affûts-socles type 1944, cinq plates-formes d'artillerie, des abris Vf, un souterrain de 40 m avec tobrouk au centre, des tranchées.

 

43 KorsnesN1

Batterie Korsnes-Nord – Le poste d'observation du PDT de cette batterie, comme d'ailleurs tout l'ouvrage, est de "conception purement locale". Un exemple de plus de la fortification allemande "de campagne renforcée".

 44 KorsnesN2

Batterie Korsnes-Nord – Exceptionnellement, deux casemates R 671 ont été édifiées ici et leur pièce de 105 étaient montées sur affût-socle de forteresse.

 

La dernière batterie de ce secteur est située au bout d'une étroite petite route de 5 km, à l'O de Korsnes, sur l'îlot de Sørrøya #19Accès à pied... presque sec grâce à un gué, un petit bras de mer séparant l'îlot de la terre ferme., près des maisons de Tysnes et face au Vestfjord. De la HKB 61/973 Tysnes *, dotée en son temps de 4 x 10,5 cm K331(f), on retrouve : un PDT Vf minimal, les 4 plates-formes des canons, deux emplacements de Flak légère, des abris et niches en béton et rocaille, des tranchées avec défenses d'infanterie, plusieurs emplacements non identifiés...

 

45 Tysnes

Batterie Tysnes – Le PDT de cette batterie est d'un type original, nettement différent de la moyenne des blocs Vf de ce type en Norvège. Une plate-forme pour un canon de Flak ou de Pak construite auparavant sur le même emplacement a dû être détruite pour laisser la place au PDT.

 

Narvik et son fjord

 

Ofotfjord – à l'entrée

 

L'Ofotfjord et Narvik sont encore aujourd'hui un secteur à forte évocation historique. Les évènements majeurs d'avril à mai 1940, tant sur mer que sur terre, puis les attaques incessantes des Alliés pendant la durée de la guerre contre l'approvisionnement allemand en fer et minerai de fer suédois par Narvik ont fait de ce secteur l'un des hauts lieux de la Seconde Guerre mondiale. On comprend aisément que les Allemands aient puissamment fortifié l'Ofotfjord. Douze batteries dont deux de lance-torpilles y ont été installées.

 

carte-7-Ofotfjord

Carte d'ensemble de l'Ofotfjord, le fjord d'accès à Narvik

  1. MKB 3/516 Lödingen, 4 x 30,5 cm L/30 Bofors (n)
  2. MKB 2/516 Tjeldöy, 4 x 15 cm SKL/40
  3. MKB 2/516 Ramstad, 2 x 10,5 cm L/30 Schneider
  4. HKB 37/973 Ramnes, 4 x 10,5 cm K331(f)
  5. HKB 31/973 Evenestangen, 3 x 21 cm Mrs.18
  6. TB 6/516 Korshavn, 3 x TLT 52 cm
  7. TB 6/516 Porsöy, 3 x TLT 52 cm  
  8. TKB 32/973 Tjelneset, 3 x 21 cm Mrs.18    
  9. HKB 35/973 Saltvikneset, 4 x 10,5 cm K331(f)
  10. HKB 36/973 Framnes, 4 x 12 cm L/44 Armstr. (n)
  11. HKB 34/973 Rombakken, 6 x 15,5 cm sFH414(f).
  12. HKB 33/973 Öyordneset, 4 x 10,5 cm K331(f)
  13. Marineflak batterie Tangvik.
  14. WN (points d’appui d’infanterie) du pont de Skjomen
  15. Epave du Georg Thiele.

 

Sur la rive nord, à l'entrée de l'Ofotfjord, deux puissantes batteries interdisaient tout passage vers Narvik. La MKB 3/516 Lödingen * , armée de quatre énormes obusiers de 30,5 cm L/30 Bofors (n), est devenue après guerre Nes Fort et les 30,5 remplacés par les quatre 15 cm SKC/28 de la batterie Stranden. Enfin, dans les années 1990, sont installées deux pièces modernes de 120 mm Bofors avec infrastructure souterraine. L'activité militaire s'est arrêtée au début des années 2000 et le site, immense, a été démantelé et cédé à des promoteurs.

Des innombrables constructions fortifiées allemandes et norvégiennes il reste relativement peu : l'entrée du PDT M 120, les quatre emplacements et bunkers des obusiers de 30,5 cm puis des 15 cm en casemate, un souterrain à munitions modifié après guerre, un poste d'observation norvégien, une plate-forme de 15 cm puis de 40 mm AA. Sur la pointe ouest du site on peut encore retrouver quelques traces de la batterie de 8,8 cm Flak 37 installée vers la fin de la guerre #20Indications sous réserves, des modifications de ces constructions et de leur accès pouvant intervenir à tout moment. Plans du site en 1945 et vers 2000, v. dans "À la recherche du Mur de l'Atlantique en Norvège", tome 2, pages 218-219.. Par contre, les emplacements de 120 mm Bofors ont totalement disparu. L'accès au site – qui débute à 2 km au SO de la bourgade de Lødingen – est libre.

 

46 Lodingen1

Batterie Lödingen – De l'importante batterie allemande puis grande base norvégienne il reste quelques rares mais imposants vestiges, tel ce poste d'observation et de commandement perché sur son bunker et datant de la Guerre froide.

 

47 Lodingen2

Batterie Lödingen – Ce gros bunker de la Guerre froide desservait un emplacement pour 15 cm SKC/28 modifié ultérieurement pour un 40 mm AA.

 

48 Lodingen3

Batterie Lödingen – Murées et mises sous cocon, ainsi apparaissent aujourd'hui les grandes casemates allemandes construites pour les 305 Bofors puis plus ou moins modifiées durant la Guerre froide par l'Artillerie côtière norvégienne.

 

49 Lodingen4

Batterie Lödingen – L'important souterrain à munitions allemand a été modernisé et réutilisé pendant la Guerre froide. Il était encore accessible en 2013.

 

À 4 km à l'E de Lødingen s'étend l'île de Tjeldøy (accès routier). Sur sa pointe sud de Tjeldodden a été construite la MKB 2/516 Tjeldöy avec 4 x 15 cm SKL/40, devenue après guerre Tjeldøy Fort * avec 4 x 12,7 cm SKC/34. On retrouve surtout sur ce site les installations d'après guerre, soit trois casemates de 12,7 cm, de nombreuses plates-formes AA 20 et 40 mm, des emplacements de mortier de 81 et de défense rapprochée et un grand système souterrain relié aux casemates et à un poste de radar de tir #21Plans du site en 1945 et vers 2000, v. dans "À la recherche du Mur de l'Atlantique en Norvège", tome 2, pages 226-227.. Accès libre.

 

50 Tjeldoy1

Batterie Tjeldöy – L'une des trois casemates de la Guerre froide avec pièce de 12,7 cm SKC/34 sous protection légère.

 

51 Tjeldoy2

Batterie Tjeldöy – Dans l'ouvrage souterrain, couloir d'accès à l'une des casemates en surface.

 

Ofotfjord – rive sud

 

carte-8-Ofotfjord-ouest

 

Huit batteries y existaient, aujourd'hui quatre seulement demeurent plus ou moins entières. Aux alentours du hameau de Kjelde, des deux batteries de lance-torpilles, seule la TB 6/516 Korshavn * (Korshamn pour les Norvégiens), à 4,5 km à l'O de Kjelde, présente encore quelques vestiges dignes d'intérêt : le PDT allemand, le hangar de tir en béton pour 3 tubes de 52 cm, également d'origine allemande, tout comme un bunker de stockage des torpilles, un gros bunker lance-torpilles à 4 tubes et son annexe de stockage des torpilles construits en 1982 par l'Artillerie côtière norvégienne, des emplacements de Flak/AA, des baraquements d'époque. Accès libre sous réserve.

 

52 Korshamn1

Batterie LT Korshavn – Le hangar bétonné de lancement des torpilles allemand réutilisé un temps par l'Artillerie côtière norvégienne. La batterie LT voisine de Porsöy possédait exactement le même type de bâtiment, détruit au début des années 2000.

 

 

53 Korshamn2

Batterie LT Korshavn – En 1981-1982 l'Artillerie côtière norvégienne a construit sur le même site un grand bunker lance-torpilles resté en activité jusqu'au milieu des années 1990. Au 1er plan, un poste de guet et de défense rapprochée.

 

À 2,3 km au NE de Korshamn avait été réalisée une 2e batterie de lance-torpilles absolument identique, la TB 6/516 Porsöy qui avait également 3 tubes de 52 cm. Au début des années 2000 toutes les constructions fortifiées ont été rasées.

Dans le même secteur, à 2,5 km au NO de Kjelde, demeurent les traces de la HKB 32/973 Tjelneset * , armée de 3 x 21 cm Mrs.18. On y trouvera un PDT Vf, les trois vastes plates-formes de 21 cm et leurs abris à munitions, quelques vestiges des canons, des abris et soutes Vf en parpaings de béton et en tôle ondulée, un souterrain à deux entrées, une boîte de connection téléphonique. Près du rivage ouest, petite position de deux plates-formes de Flak ou projecteur avec abris.

 

54 Tjelneset1

Batterie Tjelneset – Le PDT Vf de la batterie est un classique du genre.

 

55 Tjelneset2

Batterie Tjelneset – D'importants débris des pièces de 21 cm subsistent sur les plates-formes.

 

14 km en ligne droite plus à l'E, sur la pointe du même nom au N de Saltvik, le site de la HKB 35/973 Saltvikneset * qui avait 4 x 10,5 cm K331(f) possède toujours, dans la végétation, quelques vestiges intéressants, voire curieux : un PDT de type local, les quatre plates-formes de 105, des abris et des soutes, des tranchées en partie couvertes.

 

56 Saltvikneset1

Batterie Saltvikneset – Le PDT Vf de ce site possède une particularité, en l'occurrence un poste d'observation supplémentaire émergeant de sa toiture.

 

57 Saltvikneset2

Batterie Saltvikneset – Autre particularité de cette batterie, la plate-forme du canon n° 1 a été nantie d'un accès bétonné et protégé.

 

Narvik

 

Quatre batteries assuraient la défense côtière de ce lieu mythique mais l'extension considérable de la ville depuis la guerre a fait disparaître la plus grande partie de leurs traces. Ce qu'il en reste aujourd'hui est dispersé dans les quartiers d'habitation, parfois entre ou même sous les maisons...

 

carte-9-Narvik

Ce qu'il reste à voir à Narvik et environs

  1. Fagernes, R 634 et cloche 35P8
  2. Framnes, batterie de Flak lourde
  3. Framnes, batterie de Flak lourde
  4. HKB 34/973 Rombakken
  5. WN (point d'appui d'infanterie)
  6. HKB 33/973 Öyordneset.

 

La HKB 36/973 Framnes, 4 x 12 cm L/44 Armstrong (n), était installée dans l'actuel quartier de Storholtet ou Framnes qui domine l'aéroport. Il n'en reste rien (sauf peut-être le PDT, dans la pente à l'O et en contrebas du quartier, sous une construction...) mais par contre on peut retrouver dans le quartier plusieurs plates-formes de Flak lourde. Une autre batterie de Flak demeure au N de ce quartier, dans le bois que contourne la route de l'aéroport. Il y reste quatre grandes plates-formes carrées.

De la HKB 34/973 Rombakken, qui avait 6 x 15,5 cm sFH414(f), située dans les actuels quartiers NO (à l'O du stade), il reste un PDT Vf, trois plates-formes des canons, des abris à munitions. En contrebas du quartier de Storåsen vers le rivage subsiste aussi une petite position d'infanterie avec passages souterrains.

À 3 km au NE de la ville, sur la pointe du même nom, était installée une 3e batterie, la HKB 33/973 Öyordneset et ses 4 x 10,5 cm K331(f). Le site est depuis longtemps couvert d'habitations mais entre les maisons et même dans les propriétés privées on peut en retrouver divers éléments #22Ne pas hésiter à interroger les habitants du lieu. : un PDT Vf inhabituel, à l'arrière de celui-ci un souterrain-abri à 2 entrées, au moins deux des quatre plates-formes d'artillerie, au moins une plate-forme de Flak, et quelques autres réalisations.

Pour mémoire, de 1941 à 1944 cette défense était renforcée par 4 pièces d'ALVF de 24 cm K(E)558(f) #23Matériel français de 240 mm TAZ Mle 93/96 Colonies. dont la présence était évidemment justifiée par le réseau ferré de Narvik. Ces quatre canons ont été transférés près de Stavanger en septembre 1944 #24Voir 2e partie de ce Guide, sous Egersund..

Au plan purement historique, l'intérêt majeur de Narvik est son remarquable musée de la Guerre ** , situé en plein cœur de la ville, ainsi que plusieurs monuments dédiés aux évènements de 1940. On peut aussi jeter un coup d'œil à quelques autres "curiosités" :

  • à Fagernes, à 3 km au S de Narvik, en bordure d'une zone d'activités, un bunker R 634 avec sa cloche 35P8,
  • au fond du fjord de Rombaken, sur sa rive sud, 5 km après le pont qui le franchit, l'épave du contre-torpilleur allemand Georg Thiele échoué là depuis 1940,
  • à 8 km au SO de la ville, deux WN (points d'appui d'infanterie) sur l'actuelle E6 et sur la rive E au pont de Skjomen : plate-forme pour Pak, garage Pak souterrain, poste MG dans le rocher, abris Vf et HWB.
  • à Narvik, dans le quartier de Storåsen, un grand bunker Fl 241 (poste de commandement de la Flak, privé),

 

58 Oyordneset

Batterie Öjordneset – L'inhabituel PDT Vf de cette batterie.

 

59 Narvik Fagernes

Fagernes – La cloche à 6 créneaux type 35P8 qui demeure sur son bunker type R 634 au coeur d'une zone d'activités !

 

Ofotfjord – rive nord

 

Deux batteries seulement garnissaient la rive nord mais, face à celles de Korshavn, Porsöy et Tjelneset, elles contribuaient à verrouiller fermement l'entrée du fjord de l'Ofoten. La première, la HKB 31/973 Evenestangen * avait 3 x 21 cm Mrs.18 et a fait l'objet de quelques mesures de préservation. Située à 4 km au SE de l'aéroport d'Evenes, on peut y voir, sur la pointe d'Evenestangen, de part et d'autre de la route côtière : les trois plates-formes de 21 cm, des abris Vf ou sommaires, des abris souterrains modifiés pendant la Guerre froide, un PDT Vf, deux emplacements de Flak légère, deux souterrains dont un à deux entrées, une chambre de coupure téléphonique, des défenses d'infanterie #25Plan v. dans "À la recherche du Mur de l'Atlantique en Norvège", tome 2, page 245..

 

60 Evenestangen1

Batterie Evenestangen – Ici aussi le PDT semble prouver que ses constructeurs avaient toute latitude quant au "design" de l'ouvrage, en fonction du peu de matériaux, ciment et fers à béton, qui leur était attribué.

 

61 Evenestangen2

Batterie Evenestangen – Au sommet du site on peut découvrir dans la végétation cette chambre de coupure téléphonique d'un modèle standard.

 

62 Evenestangen3

Batterie Evenestangen – Plusieurs abris souterrains allemands taillés dans la roche ont été modernisés et réutilisés par les Norvégiens durant la Guerre froide.

 

À une dizaine de km à l'E, l'anse de Bogen a servi de mouillage au Tirpitz et au Scharnhorst en 1942-1943. Seule trace concrète connue, une batterie de Marineflak lourde sur la pointe de Tangvik, à l'entrée sud de l'anse. Il y reste au moins trois plates-formes de 88 ou 105, une de Flak légère, un PDT en maçonnerie à 2 étages et un petit souterrain #26Pour la localiser se renseigner sur place..

La seconde batterie, la HKB 37/973 Ramnes possédait 4 x 10,5 cm K331(f). Toujours occupé par l'armée pour l'entraînement de forces spéciales, le site est inaccessible #27Sur une vue de satellite on aperçoit au moins quatre plates-formes circulaires... Il y resterait également d'autres plates-formes, un PDT inhabituel, des bunkers Vf ou feldmässig pour logement et munitions, ainsi que deux baraquements d'origine alle- mande..

Au nord de ce site, en défense du couloir navigable reliant le Vågsfjord au nord et l'Ofotfjord au sud, il existait une batterie datant de 1916, nommée Forholten par les Norvégiens, devenue la MKB 2/516 Ramstad, avec ses 2 x 10,5 cm L/30 Schneider (n). Il en reste un grand bâtiment d'origine en béton sur lequel étaient installés les deux canons, un PDT sommaire et quelques emplacements. Accès libre et fléché.

 

63 Ramstad

Batterie Ramstad / Forholten Fort – Le principal témoin en dur de cette petite batterie datant de 1916 et récupérée par les Allemands est ce long bâtiment en béton sur lequel émergeaient les deux canons de 10,5 cm L/30 Schneider (n).

____________________________________

 

Hébergement et ravitaillement

- Dans la région au sud de Bodø : petits hôtels, camping et ravitaillement à Glomfjord et Ørnes.
- À Bodø : grande ville donc grand choix de campings, chalets, hôtels, supermarchés, restaurants, etc.
- Conseillé : à 12 km en ligne droite au SE du centre de Bodø, sur la rive sud du fjord, Saltstraumen est le meilleur QG pour explorer la région (camping, huttes, chalets, hôtel, ravitaillement).
- Région de Steigen : au sud, auberges à Nordfold et Leinesfjord, et quelques bungalows à Nordskot, sur l'îlot de Manshausen. Au SO de l'île d'Engeløy, "maisons de pêcheur" à Røssøy. Sur le grand axe côtier E6 (à 60 km d'Engeløy), hôtel Hamarøy à Innhavet.
- Région de Hamarøy : plusieurs autres grandes auberges avec chambres à Hestnes, Ulsvåg et Storjord.
- À Lødingen : camping, petits hôtels et restos, supermarché, garage.
- Narvik offre tous les choix de logement et de ravitaillement d'une grande ville.
- Sur la E10 au N de l'Ofotfjord en direction de Harstad, auberge avec chambres au pont de Tjeldsund Bru.

Cette liste n'est pas exhaustive. D'autres opportunités peuvent exister sur la route. Huttes, chalets, auberges et hôtels : en juillet-août il est conseillé de réserver. Le site visitnorway.fr peut être une aide utile (entrer le nom de la région ou de la localité parcourue).

 

À suivre et à venir...

- Le Nord (2).
- L'extrême Nord – Le Finnmark.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Visitors hit counter, stats, email report, location on a map, SEO for Joomla, Wordpress, Drupal, Magento and Prestashop