Mur de l'Atlantique

 

Norvège - LE GUIDE (1)

 

S'il existe aujourd'hui encore un pays où le Mur de l'Atlantique survit peu ou prou dans toute sa puissance, c'est bien la Norvège. Sur ses 3000 kilomètres de rivages – en ligne droite et plus de 20 000 km en longueur déployée – subsistent du sud au nord du pays des centaines de sites de batteries côtières, de bunkers de tous types, de souterrains immenses, de pièces d'artillerie de tous modèles et de quelques autres spécialités qui font la joie de l'amateur de fortification du 20e siècle.

Un essai d'inventaire des défenses côtières de ce pays de cocagne a déjà été publié #1Voir "A la recherche du Mur de l'Atlantique en Norvège", tomes 1 et 2. et il n'est pas question de le rééditer ici. Par contre, afin de faire un tri dans ces multiples sites et tenter de guider les pas de ceux qui voudraient bien découvrir la Norvège fortifiée mais hésiteraient au moment d'établir un programme, ce GUIDE se propose de les aider.

Que voir sans perdre son temps, comment s'y rendre, comment résoudre les questions d'intendance, telles sont les principales questions auxquelles notre GUIDE tentera de répondre.

Que le voyage commence...

 

Survivre...

Primo une voiture est indispensable, ainsi que de bonnes cartes routières, si possible aussi les cartes nationales au 1:50000. Secundo, le logement ne pose aucun problème, on trouve partout des hôtels à tous les prix et des "campings" avec petits chalets très sympas. S'y prendre quand même un peu à l'avance pour réserver. Enfin concernant le ravitaillement, les supermarchés, snacks et restaurants ne manquent pas (généralement indiqués Café, Spiseri, Gjestgiveri, Kro). Globalement prévoir un budget un peu plus important qu'en France mais on peut vivre en Norvège sans se ruiner. Ne pas hésiter à se renseigner localement au besoin. Communiquer avec les Norvégiens n'est pas un problème, mais en anglais ou en... norvégien !

*            intéressant
**          très intéressant
***        exceptionnel.

Les sites indiqués en gris sur les cartes sont d'intérêt secondaire ou peuvent être en voie de disparition.

Important : tout terrain, tout bunker, tout souterrain, etc. appartenant forcément à quelqu’un, la mention « accès libre » dans le texte ne dispense pas, selon le cas, de solliciter une autorisation d’accès, à fortiori si une habitation privée, une ferme, une entreprise, etc. existe à proximité immédiate.

1

Le Sud

Oslo et le fjord d'Oslo

À voir à Oslo : le musée de la Défense (Forsvarsmuseet) ** situé dans l'ancienne forteresse d'Akershus, au sud de la ville et en bordure de mer. Il présente l'histoire militaire de la Norvège depuis l'époque des Vikings jusqu'à 1950, y compris la période de la Seconde Guerre mondiale. Quelques beaux matériels y sont visibles : entre autres 8,8 cm Flak 36, 2 cm Flak 38 et surtout un rare télémètre de Flak lourde (Kommando-Gerät 40).

 

Côte est du fjord d'Oslo

À Halden, tout au sud, à deux pas de la frontière avec la Suède, visiter l'imposante forteresse de Fredriksten *, datant du 17e siècle mais modernisée en 1905 avec 4 tourelles Schneider de 120 mm. Renommées 12 cm Pz.Turm(n), les Allemands les ont réutilisées sur la côte ouest. L'une d'elles a été récupérée, restaurée et replacée sur un emplacement d'origine de la forteresse.

À la rigueur on peut faire une halte à la demie-batterie de Mørvika, ou Zug Mörviken, à 10,5 km au sud-ouest de Halden, tout au bout d'une longue langue de terre, pour ses deux casemates de 10,5 cm K331(f) en falaise (murées), qui n'étaient accessibles que par un souterrain.

  • Les photos s'affichent en taille réelle au clic de souris.
  • Les dièses [ # ] vous informent davantage au survol de la souris.

  

En remontant la côte vers le nord, deux sites intéressants sont à voir au sud de la localité de Fredrikstad : le premier, la batterie de Kjøkøy * (4 x 10 cm K17/04 + 2 x 8,8 cm Flak[r] puis 2 x 10,5 cm SKC/32 après guerre), est à 7,5 km au sud de cette ville. On y voit de nombreuses constructions, allemandes et Guerre froide avec canons de 10,5 cm en casemates des années 1960. Le second, la batterie de Torgauten * (4 x 10 cm K17/04 puis 2 x 10,5 cm SKC/32 après guerre), est situé à 7,5 km au sud-ouest de Fredrikstad. Nombreuses constructions dont deux casemates de 10,5 cm Guerre froide avec leur canon. Des visites guidées sont parfois organisées sur ces deux sites.

   

Pour mémoire... : à 12 km à l'ouest de Fredrikstad s'étend l'île de Rauøy (ou de Rauer). Siège à partir de 1934 d'une batterie de 4 x 15 cm Bofors, de 1942 à 1945 les Allemands y ont installé quatre 15 cm SKL/45 avant modernisations norvégiennes entre 1960 et 1990 : 4 casemates pour 15 cm SKC/28, 3 tourelles de 75 mm Bofors, emplacements et Regelbauten de divers types, etc. De ces trois périodes il reste d'innombrables constructions. Hélas, en 2013 le site était toujours militaire et accessible seulement avec autorisation spéciale.

 

 

Drøbak

Plus au nord le site incontournable de Drøbak est un peu la Mecque de la fortification côtière dans cette partie de la Norvège. Il faut absolument y visiter 1) la forteresse-musée d'Oscarsborg, 2) la batterie de Veisving et 3) la batterie de Kopaas.

La forteresse-musée d'Oscarsborg *** est un must. Sur un double îlot au milieu du fjord est rassemblée une superbe gamme d'armements et de matériels des 19e et 20e siècles, y compris de la Seconde Guerre mondiale et de l'après-guerre. Voir en particulier la batterie Krupp de 28 cm qui a coulé le Blücher en avril 1940, la collection de canons allemands de forteresse, le musée et ses matériels rares, sans oublier la batterie de lance-torpilles qui a donné le coup de grâce au Blücher. Accès : des navettes assurent la traversée depuis Drøbak (info à l'Office du tourisme de Drøbak).

La batterie de Veisving ** est située sur les hauteurs et dans les bois au nord de la ville. Elle date de 1895 et conserve quatre pièces Armstrong de 22,6 et 26,7 cm. A peu près au même niveau mais sur la côte on trouvera la batterie de Kopaas *construite en 1899 avec 3 canons Armstrong de 15 cm. Les Allemands l'ont renommée MKB 1/501 Dröbak et y ont ajouté un PDT Vf 157 (un M 157 à peine allégé). Après guerre les Norvégiens y ont placé 3 canons de 15 cm SKC/32 dont deux en casemate. Accès libre à ces deux sites.


Côte ouest du fjord d'Oslo

Trois sites sont à voir sur ces rivages : les batteries de Kongshavn et Bolaerne, la MKB Notteröy et la batterie de Torraas.

Situées à quelques kilomètres au sud-est de Tønsberg, les Bolaerne sont un chapelet d'îles, la plus au sud ayant servi de siège à plusieurs batteries. De 1918 à 1940 puis de 1960 à 1995 s'y tient Bolærne Fort * des Norvégiens (4 x 12 cm puis 3 x 15 cm Bofors, après guerre 4 x 12,7 cm puis 3 tourelles de 75 mm Bofors). Entre 1940 et 1945 les Allemands y installent la MKB 3/501 Bolaerne * (4 x 15 cm Bofors) et la HKB 8/980 Kongshavn * (4 x 10,5 cm K331[f]). De nombreuses constructions de ces différentes périodes subsistent donc sur le site qui s'étend sur 1,5 km. Accès : navettes en saison depuis la côte ou bateau de location.

À la même hauteur vers l'ouest, au centre de la péninsule de Nøtterøy, demeurent les vestiges de la batterie inachevée MKB 6/501 Nötteröy *. En 1944, donc tardivement, les Allemands ont entamé au lieudit Vardås la construction d'une batterie lourde à trois canons de 38 cm récupérés en France en 1940. Il s'agissait de canons de 380 destinés au cuirassé Jean-Bart. A la fin de la guerre la batterie n'était pas terminée mais l'un des trois canons était opérationnel. En 1949 la France a récupéré ses trois canons, échangés contre ceux de la batterie Todt dans le Pas-de-Calais. Sur le terrain on peut voir les trois emplacements inachevés de 38 cm KM36/35(f), espacés de 200 mètres environ. Accès libre.

  

14 kilomètres au sud de ce dernier site, sur l'île de Tjøme, il ne faut pas manquer de visiter la batterie de Torås, ou MKB 4/501 Torraas ** pour les Allemands. Avec son PDT et ses trois canons de 15 cm L/50 Bofors perchés sur une succession de rochers en pain de sucre le site est extraordinaire. Accès : le site est clôturé et souvent fermé mais visitable. S'informer à la mairie de Tjøme.

 

 

La côte sud – du fjord d'Oslo au cap Lindesnes

 

De nombreux sites de batteries s'échelonnent sur les quelques 250 kilomètres de côte entre le fjord d'Oslo et le cap Lindesnes (ou cap Sud par opposition au célèbre cap Nord). Tous ne valent pas une visite mais quelques-uns sont véritablement exceptionnels. Au total, sur une trentaine de sites, 14 sont à visiter parmi lesquels trois sites majeurs. Enfin deux sites sont à voir "à la rigueur". D'est en ouest :

 

Du fjord d'Oslo à Kristiansand

À une dizaine de km à l'ouest de la petite ville de Stavern demeure le site préservé de la HKB 2/980 Nevlungshavn, devenu après guerre Oddane Fort **. On y trouve un ensemble de constructions allemandes – dont deux casemates R 671 – et d'après guerre. Trois canons de 10,5 cm SKC/32 subsistent sur le site dont deux en casemate et un sous tourelle légère. Accès : le site est aujourd'hui un "musée", se renseigner aux alentours.

À 7 km au nord-ouest, sur l'autre rive d'une profonde échancrure de la côte et sur la pointe au sud du village de Langesund on peut visiter à la rigueur le site de la HKB 1/980 Langesund *. Devenu parc de promenade public après son abandon par l'armée (qui le nommait Tangen Fort), malgré bunkers et souterrains murés, le site révèle encore diverses constructions intéressantes : pont levis à l'entrée, PDT R 636, casemates R 671. Accès libre.


12 km au sud-ouest, le site de la HKB 37/979 Trolldalen *, bien qu'encerclé de maisons de week-end, mérite bien une visite. On peut y voir tout un réseau de tranchées bétonnées, les quatre plates-formes des canons de 10,5 cm K332(f), un souterrain, des bunkers Vf, etc. Aucun problème d'accès.

Encore un peu plus au sud, au large de la bourgade de Kragerø, l'île de Skåtøy abrite le site de la HKB 36/979 Skaatöy, armée à l'époque de 4 x 10,5 cm K332(f) et appelée localement Krikken Fort *. On y découvre un PDT dérivé du R 636, relié à un vaste souterrain, les plates-formes à canon, un 2e vaste souterrain, des tranchées bétonnées ou maçonnées, des bunkers Vf ou feldmässig (fortif de campagne). Accès en ferry depuis Kragerø puis 3 km par des petites routes étroites pour finir à pied jusqu'à la pointe sud (Skanser) de Skåtøy. Un peu compliqué. Le plus simple est de se faire conduire en bateau depuis Kragerø (bateau-taxi ou privé).

À 20 km au sud-ouest, la petite cité de Risør possède également une batterie du même type, la HKB 35/979 Risör *, qui avait également 4 x 10,5 cm K332(f). Elle est située sur une butte au NE du centre ville. On peut y voir les plates-formes d'artillerie, des bunkers Vf, des tranchées, un superbe PDT R 636a et même une tourelle de char Renault FT17. Le site est préservé en tant que "musée en plein air". Accès libre par une petite route à forte pente au NE du centre ville.


La batterie suivante vers le sud-ouest, la HKB 34/979 Flostaöen *, est à 27 km de Risør, sur l'île de Flostaøy. Ce site est tant soit peu préservé et aménagé. On y retrouve les plates-formes à canon – 4 x 10,5 cm K331(f) – des boyaux et tranchées et un PDT R 636. Les souterrains sont hélas murés. Accès libre.

À 17 km au SO, le site de la HKB 33/979 Hisöen, 4 x 10,5 cm K332(f), à 3 km au sud d'Arendal, ne mérite guère le détour : bunker à munitions Vf, PDT R 636, deux casemates R 671 remblayées, plates-formes, tous bunkers murés. Mais à 4 km au SE d'Arendal, à Hove sur l'île de Tromøy existe un bunker R 618 * pour transmissions.

Les vestiges de la HKB 32/979 Grimstad puis Lillesand,à 1,7 km à l'est de Grimstad, perdue au cœur d'une zone de pavillons de week-end, ne sont pas vraiment à conseiller. La plupart de ses constructions sont maintenant dans des propriétés privées. Seul intérêt : un vaste souterrain * toujours accessible. Armée de 4 x 10,5 cm K332(f), elle a été déplacée à Lillesand en 1944 d'où son dernier nom.

Le site de la HKB 31/979 Justöen ** est nettement plus intéressant. Situé sur la côte SE de l'île de Justøy, à 5,6 km au sud de Lillesand, il révèle un PDT R 636 complet avec toutes ses portes, les quatre plates-formes d'artillerie – 4 x 10,5 cm K332(f) – bien groupées autour du PDT, des tranchées et surtout un labyrinthe de petits souterrains à plusieurs entrées, ainsi que diverses autres installations sur la périphérie du site. Très prisé des vacanciers en été, le site est libre d'accès.

 

 

 Kristiansand

Trois sites majeurs entourent cette grande agglomération : le promontoire d'Odderøya, la grande batterie Vara et l'île de Ny Hellesund. Un séjour de 2-3 jours dans ce secteur ne sera donc pas de trop pour tout visiter, sans parler de quelques "extras". Kristiansand, installée au fond d'une baie de 5 à 10 km de largeur, possédait déjà une puissante défense bien avant 1940, encore renforcée par les Allemands qui l'ont élevée au rang de Festung.

Odderøya ** : le centre de la ville est prolongé vers le sud par une île et un promontoire qui s'élève jusqu'à la cote 94 et domine parfaitement la baie. Cette hauteur a été fortifiée dès 1897 par cinq batteries de 15, 21 et 24 cm, soit 12 pièces au total. Ces emplacements sont encore parfaitement visibles, deux d'entre eux possédant chacun une pièce de 10,5 cm SKC/32 d'instruction, Odderøya étant resté jusqu'en 1998 une école d'artillerie. Diverses autres constructions demeurent visibles, dont plusieurs PDT. Accès libre, même en voiture jusqu'au sommet.

Batterie Vara *** : le site de la MKB 6/502 Vara est un must dans cette partie de la Norvège. A défaut de la batterie inachevée de Nøtterøy c'était, avec ses trois 38 cm, la batterie la plus puissante du sud de la Norvège. Elle est située à 6 km au sud-ouest du centre #2Du centre ville prendre la direction sud-ouest par l'E18-E39 puis celle de Vågsbygd. Tout au bout de la route vers le sud, juste avant le tunnel routier vers l'île de Flekkerøy, petite route à gauche vers la batterie (suivre Kanon-museum).. Nommé après guerre Møvik Fort, le site est très étendu et révèle un grand nombre de constructions. En priorité il faut voir le bunker-musée type S 169 et son canon de 38 cm SKC/34 n° 2, puis l'énorme casemate prévue pour abriter le canon n° 1. Coulé avec son navire transporteur celui-ci n'est jamais arrivé à destination. A voir aussi les emplacements 3 et 4, les bunkers à munitions dont un S 174, les batteries de Flak légère et lourde sur les hauteurs à l'ouest, et quantité de petites organisations défensives. Accès libre en permanence, calendrier d'ouvertures du bunker-musée et du canon n° 2 #3www.kanonmuseet.no.


Si on a un peu de temps un saut sur l'île voisine de Flekkerøy par le tunnel sous-marin permet de voir deux ouvrages importants : sur la pointe NE demeure le PDT type S 414 (muré) de la batterie MKB 3/502 Flekkeröy, tandis qu'au centre de l'île, sur le sommet de Vardefjell, le PDT type S 100 SK de la batterie Vara reste visible.

De Kristiansand au cap Lindesnes

Ny Hellesund *** : encore un site incontournable sur la côte sud. Les îles de Ny Hellesund s'étendent à 14 km au sud-ouest du centre Kristiansand. L'île sud-est a été le siège de la HKB 21/979 Ny-Hellesund avec ses quatre 10,5 cm K331(f). Depuis les années 1990 une association locale s'emploie à restaurer et à entretenir le site qui figure parmi les plus intéressants du pays. On y voit entre autres trois casemates R 671 dont deux avec leur canon, plusieurs souterrains, un PDT R 636 et son casernement souterrain, des plates-formes de Flak dont une avec un 4 cm Bofors, un abri Fl 277 pour projecteur de 150 cm, etc. Accès libre #4De la bourgade de Søgne sur la E39 se diriger vers le sud jusqu'au petit port de Høllen. De là, en saison, des navettes vont jusqu'à Ny Hellesund. On peut aussi s'y faire conduire en bateau affrété..


La batterie suivante vers l'ouest, la HKB 20/979 Aalo *, est à 11 km de Ny Hellesund en ligne droite. Elle est située à l'entrée d'un petit fjord, le Trysfjord, un endroit un peu perdu dans la nature où se dispersent de nombreuses constructions : plates-formes d'artillerie (4 x 10,5 cm K332[f]), souterrains, PDT Vf, tobrouks Rs 206 pour mortier de 5 cm, plates-formes de Flak, bunkers Vf et légers, etc. Accès libre.

 

Mandal

Trois batteries défendaient Mandal, petite cité portuaire de l'extrême sud norvégien. Si deux d'entre elles ont pratiquement disparu, la troisième, la HKB 18/979 Landehoften **, mérite amplement une visite. Elle est située sur la presqu'île de Landehovden, à 2,5 km au sud-ouest de la ville (5 km par la route). On peut y découvrir dans la végétation quantité d'ouvrages : un PDT R 636 et son souterrain, quatre vastes plates-formes d'artillerie (prévues pour des 15,5 cm mais finalement dotées de 4 x 10,5 cm K331[f]), une casemate R 671, deux plates-formes de Flak, fondations du casernement et au total une demi-douzaine de souterrains tous marqués par une plaque en ciment #5Bunker Hermann, Bunker Ernst, Bunker Feldmeier, Bunker Franz, Bunker Kremer, etc…. Accès libre.

À 14 km à l'ouest de ce dernier site et de Mandal s'étend celui de la HKB 18/979 Signalen * qui avait 4 x 10,5 cm K331(f). C'était le premier emplacement de la batterie de Landehovden. Située sur les hauteurs des maisons d'Åvik, elle possède de belles plates-formes d'artillerie, un PDT Vf, trois souterrains et un double tobrouk Rs 207/69.


Enfin, dernière batterie de la côte sud avant le "riche" secteur de Lista, la batterie du cap Sud HKB 17/979 Lindesnes * mérite une visite, en sachant que ce haut lieu touristique est généralement très fréquenté. Malgré ou peut-être en raison de cela, les constructions de la batterie ont été préservées, entre autres : les plates-formes à canon taillées dans le roc, un petit PDT Vf, tout un réseau de passages souterrains également percés dans le rocher, des niches et souterrains à contre-pente. Accès libre.

___________________

Fin de la 1ère partie.

À suivre et à venir...

- L'Ouest
- Le Centre
- Le Nord
- L'extrême Nord.

Déjà paru :